17 juillet 1969

Je fais découvrir le Havre à des amis parisiens, quoi de plus flatteur que de monter à Sainte Adresse, rue du Président Félix Faure pour admirer la vue.

C'est amusant de voir à quel point l'image de cette ville est peu flatteuse de prime abord, il fallut discuter ferme pour que l'expédition en Seine Maritime soit validée. 

 

"Chez les communiste, moi, jamais" vocifére au téléphone l'ami Nico", de plus avec votre architecture Stalinienne et votre climat pluvieux, il n'est pas question de faire 220 kilomètres en Ami 6, venez-donc plutôt à Paris".

 

Mes amis, le Havre est une ville qui bouge, l'architecture évolue, nous pouvons maintenant emprunter la nouvelle passerelle bassin du commerce. 

 

Nous avons aussi une vie culturelle intense. Le film "Le Cerveau" avec Bourvil et Belmondo est sortie dans toutes les salles depuis mars et fait un véritable carton. Vincent Pinel vient de prendre la direction de l'unité cinéma de la maison de la culture. Je sais que cela ne vous dis rien, mais pour nous les havrais c'est important.

 

Depuis que je suis rentré de Woodstock, j'ai vraiment envie de faire du Havre un haut lieu du Rock'n'Roll français. Il y a chez nous des jeunes talents qui ne demandes qu'a s'exprimer.

 

Alors mes amis, plutôt que de passer le week-end dans votre Paris étouffant au mois de juillet, venez prendre l'air du large et visiter notre belle ville. Un jour vous verrez, Le Havre sera la plage de Paris.

 

Mes propos habille furent convainquant et nous nous retrouvons ce 17 juillet à jouer des "tours opérators". Il fait un temps magnifique, le Havre nous montre son plus beau visage.

 

Dans 3 jours nous irons tous ensemble regarder la télévision chez mon voisin, les Américains vont débarquer sur la lune.

Les commentaires sont clos.