Je n’ai pas bougé de la nuit, allongé sur le dos les mains en croix sur un ventre arrondi par le temps et les dérives de la vie. J’ai dormi comme chez moi, sur le bord du matelas sans me retourner, droit comme une trique, certainement la bouche ouverte pour mieux ronfler. J’ai soif, ma glotte est sèche, « j’ai forcement dormi la bouche ouverte ».