Une carte postale du Havre

A tous ceux qui ne sont plus au Havre, partis vivre ailleurs, car ailleurs c’est certainement mieux.

A ceux qui ne voulaient pas partir mais qui y ont été obligés.

A ceux qui ne se sont pas levés ce matin.

A ceux qui se souviennent des promenades avec les parents, le long de la plage, marchant d’un pas trébuchant sur des galets fuyants.

Au vent qui fouette les visages en déposant les embruns salés sur nos lèvres gercées.

A ceux qui prenaient le virage du Grand Large à fond sur leurs 125 et sans casque.

A ceux qui attendaient dans l’eau l’arrivée du France espérant se faire rouler dans les galets par la vague provoquée par le paquebot.

A ceux qui allaient se faire faire un pansement au genou au centre de secours après avoir roulé boulé sous la vague du France.

A ceux qui passaient devant la brasserie Paillette pour aller à la plage avec une bouée de camion autour de la taille.

A ceux qui sautillaient sur une jambe en essayant d’enlever le pétrole gluant scotché sous la plante du pied.

A ceux qui aiment le Havre.

Voir aussi

10 heures du matin – Dimanche 2 octobre 2011

Parçours urbain

Week-end au Havre

Carte postale du Havre 1

 

Comments are closed