Partir en vacances

« Les vacances datent de la plus haute antiquité.Elles se composent régulièrement de pluies fines coupées d’orages plus importants. » Alexandre Vialatte

Lire la suite

Le Méjat

Sarlat, 10h30, vendredi 21 mai 1982 J’attends sous un soleil printanier l’autocar de la ligne sept, une grande femme rondouillette s’active devant moi. Elle tient de la main gauche une poussette bleu marine à quatre grandes roues rayonnées, pendant que son bras droit tournoie dans l’air, simulant la gifle que son rejeton de fils va prendre s’il ne descend pas immédiatement de la poubelle crasseuse sur laquelle il vient de grimper. La poussette couine sous les gesticulations d’un bébé qui semble être une fille. L’enfant est mal installé entre un filet de pommes de terre, une bouteille de Vittel et une brique de lait entier « Elle et Vire ». Le garçon est descendu de la poubelle, il pleure, la main de sa mère l’a touché en plein sur la joue. La grande dame est toute rouge, elle a de grandes auréoles sous les bras. Il ne faudra pas que je sois…

Lire la suite

Janvier 2016

Pierre Vassiliu disait, « encore un jour qui passe ». On est le premier janvier et 365 s’en sont écoulés. Autant de jours faits de petits bonheurs et de grandes tragédies. Une année qu’on aurait aimé différente, plus harmonieuse et d’une tolérance universelle.J’ai encore fait plein de photographies, ma famille, des gens, ma ville, la mer, des « riens », des « pourquoi ça? » des ratés, des « pas mal », des » j’ose pas », des inutiles, des « mal cadrés », des « des fois bien », des auto-portraits narcissique, des « j’en suis fier ». Je pense à Flora et son graal d’amour et de paix, à Florine exhumant ses démons par l’image de son corps photogénique. Je pense aux frères Bréard et leur troisième œil affuté, notre « mémoriance » locale, à Virgile et à sa fragile exception, ses questionnements, son regard et son papier photo. À Pierre qui n’est pas tout près, à Denis qui n’est plus là. Je pense à Raymond…

Lire la suite

Escapade pluvieuse

    Une petite promenade dans la Manche un jour de pluie. Sur le perron de sa maison, mon ami Coco, m’a dit qu’après ce lundi sombre, il ferait toujours beau. Il doit avoir raison.

Lire la suite

Merci Kodak

Inconnu des jeunes photographes, la Kodachrome évoque un glorieux passé photographique pour les plus de 40 ans. Mes copains et moi faisions généralement des photos en noir et blanc, parce que ce n’était pas cher, qu’on pouvait faire les développements soit même et surtout, on voulait s’identifier à Jeanloup Sieff ou Ralf Gibson.   De temps en temps, quant le porte monnaie le permettait, j’achetais une Kodachrome livrée avec son sachet hermétique pour l’envoi au laboratoire de développement. Chargée dans dans mon Canon TLB, j’étais assuré d’avoir des couleurs vives presque saturées. Vu le prix dispendieux de la 36 vues, je goûtais mon plaisir à chaque déclenchement, en prenant mon temps pour trouver les sujets, ajuster le cadrage. Arrivait malheureusement le moment où mon pouce armait la dernière vue, provoquant le bloquage du levier retenu par la tension du film fixé au fond de la bobine.   La série photographique…

Lire la suite