Octobre 1913

L'oncle Louis est arrivé pour une courte visite de 2 jours. Il devait passer nous voir au début de l'été, mais son travail de photographe à la capitale ne lui permit pas. Nous habitons dans la campagne près de Belleville-sur-Meuse, le train de Paris  est arrivé ce matin à 8h30 à Verdun. Mon frère Alphonse est allé chercher tonton à la gare avec la charrette de la tante Mathilde.   Il fait beau, l'automne a un arrière-goût d'été, ça tombe bien car Louis nous a promis dans son dernier courrier de faire des clichés photographiques de toute la famille. Nous l'attendons tous dans la cour la ferme, impatients de voir et de parler avec l'artiste de la famille, celui qui côtoie des personnalités dans son cabinet photographique de la rue Montorgueil. Pour l'occasion, nous sommes vêtus de nos plus beaux habits, ce qui nous faire rire, ils sont bien rares…

Lire la suite

Je m’appelle

Je m’appelle Karl, je suis né à Cologne il y a 21 ans d’une mère Togolaise et d’un père Allemand. Maman a fuit Dapaong en 1989 pour échapper à la répression qui touchait les opposants politique au président Etienne Gnassingbé Eyadena. Maman a toujours rêvé d’un Togo démocratique, sans le joug d’une armée omniprésente, de politiciens peu regardants et d’opposants au régime tout aussi sinistres. C’est pour cela qu’elle militait, pour que soient reconnues la liberté et la démocratie. Maman se prénomme  « Fafa » ce qui veut dire « paix » en Togolais, elle a rencontré papa après quelques mois  d’errance au Benin. Fafa dans sa fuite, accepta une petit boulot peu gratifiant aux abords d’une exploitation de phosphate située au nord-ouest du pays, pas très loin de la frontière Togolaise. Bernhard « papa », avait été envoyé par sa société pour superviser l’expédition de millions de tonnes de ce minerai vers l’Europe et plus…

Lire la suite