Portrait de François Hollande

Une photo ratée de Depardon est-elle encore une œuvre d’art ? Le portrait de "François Hollande. Président" par le photographe Raymond Depardon a fait couler beaucoup d'encre et donné lieu à de nombreux commentaires. Mais si Depardon avait tout raté comme il le voulait ? Juste le ratage souhaitable… La preuve de son génie artistique ? Depardon a tout raté comme il le voulait pour le portrait de François Hollande président. Pas plus qu’il n’était nécessaire. Juste le ratage souhaitable. Mais une photo ratée de Depardon, c’est encore une œuvre d’art ? La photographie comme la peinture, en tant qu’œuvre artistique, est d’abord une affaire de la volonté. Il n’est pas d’œuvre d’art qui vienne à l’artiste, comme ça, par hasard, parce qu’ici et maintenant, il se serait cassé la figure de son cheval et il aurait « vu ». Et donc, peint, écrit, sculpté et photographié, il n’y a pas d’art…

Lire la suite

Raymond Depardon – 69 ans – Photographe, Réalisateur, Journaliste

  Raymond Depardon s'intéresse très tôt à la photographie et prend ses premiers clichés dans la ferme familiale du Garet. Lucien Dune lui transmet son savoir. En 1958, il devient l'assistant de Louis Foucherand. Ce photographe, qui avait beaucoup voyagé et réalisé des reportages pour diverses publications entre les années 1930 et 1960, s'associe avec Louis Dalmas au début des années 60. Cependant, il abandonna très vite cet emploi pour se consacrer au reportage en qualité de pigiste sans un sou vaillant mais porté par sa passion et sa détermination à réussir dans ce métier. Il rejoint l'agence Dalmas à Paris en 1960. En août 1960, alors qu'il n'a que 18 ans, Dalmas lui propose de partir au Sahara avec un forfait de 800 francs pour suivre une expédition cherchant à étudier la résistance du corps humain à la chaleur. Il quitte la France pour partir en expédition en Algérie…

Lire la suite

Fuir mon amour comme on fuit un amour sans espoir

Raymond Depardon C'est ici dans cet hôtel que j'ai aimé une femme. C'était du cinéma, je jouais l'amoureux transi, je prêtais ma voix, je jouais le rôle d'un reporter, oublié de Paris, en attente de repartir. C'est dans cet hôtel que je la rencontrais, je l'abordais au début du film. Nous étions tous les deux. Je l'hebergeais dans ma chambre et je la regardais. Les jours passaient, nous sortions dans la ville. Je parlais, elle m'écoutait. Nous étions dans la chambre à la tombée de la nuit, au moment ou la ville était si belle. Je crois qu'elle commençait à être sensible à mon attention. Mais ce n'était que du cinéma. Les gens ont cru, en voyant le film que j'étais amoureux d'une image, je crois que j'étais amoureux d'une image, une personne qui n'existait pas…! Nous tournions clandestinement, les autorités du ministère de l'information ne comprenait pas très bien…

Lire la suite