Un nouveau jouet

Aujourd’hui je suis heureux, j’ai enfin pu m’acheter mon propre appareil photo avec ma première paie. J’ai remisé le vieux « Weltaflex » de mon père pour le remplacer avantageusement par un « Yashica Mat » flambant neuf que j’ai acquis au bout de la rue de Paris chez « Elmis ». Nous somme samedi 4 juin, il fait beau, le bord de mer est en effervescence, demain il y aura une grande course à pieds, un important déploiement d’agents de la municipalité s’affaire aux préparatifs, s’activant pour le passage des coureurs. Je me suis promené le cœur léger en pensant à vous Florence. L’année prochaine si tout va bien je viendrais vous voir à Győr*. Cet après-midi, j’ai développé mes photos dans le petit labo que j’ai installé dans mon cabinet de toilette de la rue Mogador, lundi je vous ferai partir mes images par courrier avec ce petit mot mélancolique. Je vous embrasse, ainsi que toute ma famille. Charles Voir…

Lire la suite

“Catch Me If You Can” Art Opening by Ratur & Sckaro

1AM Gallery is pleased to present, “Catch Me if You Can” with French brother duo street artists, Arthur Maslard A.K.A. Ratur and Oscar Maslard A.K.A. Sckaro. The exhibition opens Thursday, November 5th, 6:30-9:30pm. The event is free and open to the public, atists will be in attendance. RATUR and SCKARO have painted side by side their entire lives constantly pushing the envelope with their developed fraternal pursuit. Inspired by not only graffiti art culture but also by traditional European and Flemish paintings, the brothers respond to each other’s work producing ever more extensive polished pieces; consequently creating a kind of back and forth battle. They so eloquently named this battle, “Catch Me if You Can.” For advanced preview or questions email Adriana(at)1amgallery(dot)com. RSVP on Facebook From the artists — “Hands are the fastest way to achieve something, which is why it is always present in our works. Hands are often the first link between…

Lire la suite

L’attente

Je ne l'ai plus… je l'aime toujours. Elle n'est plus là, j'ouvre la porte, la pièce est dans la pénombre, son odeur est encore présente, seulement son odeur parce qu'elle s'est envolée. Je me souviens d'elle dans sa robe rouge, splendide comme à l'accoutumée, toujours élégante et digne, une vrai princesse du soleil levant. Elle aura bientôt 32 ans, moi 54. Je suis assis depuis 2 heures dans l'hôtel de police, l'attente est longue, je suis angoissé, ils viennent de la retrouver dans un buisson, couchée par terre, la tête dans la boue. Elle est vivante mais pleine de contusions. J'ai peur de la voir, je sais au fond de moi que sa beauté survivra, que son âme ne perdra pas l'étincelle qui l'illumine. Pourquoi l'a on prise? Pourquoi s'est-elle laissée démarrer? Une 500xr pourtant cela ne se donne pas facilement.

Lire la suite