Les frères Linhoff

Mai 2026 J’ai réussi à me carapater du camp de redressement* où j’étais incarcéré depuis huit mois. J’avais été envoyé à Belitsa dans le cadre des accords Franco-Bulgare pour mater mes propos négatifs envers l’ordre et l’état que j’avais diffusés sur Facebook. C’est grâce au Réseau** que j’ai pu regagner la Normandie et trouver une planque dans une ferme écolo aux alentours de Sausseuzemare. Depuis que les frères Linhoff ont pris le pouvoir il y a quatre ans, le pays a sombré doucement dans la répression et la récession. La pauvreté s’est étendue aux classes moyennes. La vie a bien changé, au début on ne s’était pas rendu compte de grand chose, même de rien. Tout semblait comme avant, on était assez content du choix électoral des Français et de la nouvelle équipe au pouvoir. C’était bien que ça change entendait-on. Puis les « Comités Salutaires de quartiers » sont arrivés, proches…

Lire la suite

De Vorkouda à Severodvinsk

Yegor est électricien au chantier naval Zvezdocka. Spécialiste des câblages électriques, il travaille actuellement au programme de mise en conformité du sous-marin B-369 Oulianov.  Depuis que l’armée Russe a décidé de moderniser sa flotte du nord, les chantiers de Severodvinsk tournent à plein régime. Vendredi 17 juillet 1998 – 7h15 La journée s’annonce belle, il n’y a pas de nuages à l’horizon, juste quelques brumes flottent au loin sur le rivage, Yegor se sent bien.Il a trouvé un petit rocher pour s’asseoir sans se mouiller les fesses, seuls les effilochages du bas de son jean aspirent l’humidité du sable ce qui provoque une coloration sombre qui grimpe doucement jusqu’à effleurer les mollets. Il a trouvé une position confortable et ne bouge plus pour éviter que ses talons s’enfoncent plus profondément dans ce sable orangé, épais et granuleux. Yegor est électricien au chantier naval Zvezdocka. Spécialiste des câblages électriques, il travaille…

Lire la suite

J’aurais du partir à Vladivostok

Le hall de départ est bondé, en tout cas pour la taille de l’aéroport. Je pensais ne pas arriver trop tôt et embarquer au plus vite, même en dernier, quelques minutes avant la fermeture des portes, c’est raté. Deux heures à attendre dans la chaleur, le bruit et les odeurs de transpiration, tous bien alignés, prêt à passer en salle d’embarquement. Je me mets à envier ceux qui sont en tête, un comble pour moi qui voulait arriver à la dernière minute, comme un grand voyageur aguerri et pragmatique.

Lire la suite

Périmètre interdit

Je n’ai pas bougé de la nuit, allongé sur le dos les mains en croix sur un ventre arrondi par le temps et les dérives de la vie. J’ai dormi comme chez moi, sur le bord du matelas sans me retourner, droit comme une trique, certainement la bouche ouverte pour mieux ronfler. J’ai soif, ma glotte est sèche, « j’ai forcement dormi la bouche ouverte »

Lire la suite

Partir en vacances

« Les vacances datent de la plus haute antiquité. Elles se composent régulièrement de pluies fines coupées d’orages plus importants. » Alexandre Vialatte « Naturellement, les voyages autour du monde ne sont pas aussi agréables qu’ils le paraissent.C’est seulement quand vous avez fui toute cette horreur et toute cette chaleur que vous en oubliez les désagréments et que vous vous souvenez des scènes étranges que vous avez vues. » Jack Kerouac

Lire la suite

Rainy day in Le Havre

Rainy sunday September 23, 2018 9 heure du matin, les vigiles de la fête foraine, m’on pris en filature. Olympus E-PL1 Voigtlander 21 mm – f4 <?php echo do_shortcode(‘

Lire la suite

Le Méjat

Sarlat, 10h30, vendredi 21 mai 1982 J’attends sous un soleil printanier l’autocar de la ligne sept, une grande femme rondouillette s’active devant moi. Elle tient de la main gauche une poussette bleu marine à quatre grandes roues rayonnées, pendant que son bras droit tournoie dans l’air, simulant la gifle que son rejeton de fils va prendre s’il ne descend pas immédiatement de la poubelle crasseuse sur laquelle il vient de grimper. La poussette couine sous les gesticulations d’un bébé qui semble être une fille. L’enfant est mal installé entre un filet de pommes de terre, une bouteille de Vittel et une brique de lait entier « Elle et Vire ». Le garçon est descendu de la poubelle, il pleure, la main de sa mère l’a touché en plein sur la joue. La grande dame est toute rouge, elle a de grandes auréoles sous les bras. Il ne faudra pas que je sois…

Lire la suite